Site d'information sur la Névralgie pudendale

LES TRAITEMENTS

Actuellement, l'arsenal thérapeutique officiel et disponible pour lutter contre cette maladie se compose de : traitements médicamenteux, infiltrations et chirurgie. Ils vont en général par ordre croissant mais tout ceci dépendra de beaucoup de facteurs (âge, ancienneté des symptômes, résultat thérapeutique, degré de compression, consentement du malade...).

Ici encore il n'y a pas de règle absolue.
Comme au sujet des symptômes, la spécificité de l'individu est au centre. Ce qui marchera pour une personne ne fonctionnera pas forcément pour une autre. D'où l'importance des équipes pluridisciplinaires, ce sont elles qui élaboreront le traitement le plus adapté et le plus efficace.

La solution sera proportionnée au retentissement de la maladie sur le quotidien du malade.

Les médicaments

Il faut savoir que cette névralgie pudendale est tenace et résiste aux traitements habituels : par exemple les anti-douleurs classiques ainsi que la morphine sont souvent inefficaces. Seuls les anti-épileptiques, anti-comitiaux et les anti-dépresseurs ainsi que certains relaxant musculaire et antalgique de niveau 2, possèdent des propriétés qui agiront sur la perception de la douleur. Ce n'est donc qu'une solution alternative; en aucun cas cela ne pourra agir sur la cause.
Sous contrôle médical les molécules de ces différents médicaments pourront être associées pour ainsi obtenir un résultat optimal. Un dosage précis et individuel permettra à certains malades de retrouver un confort de vie acceptable.

Les infiltrations

Elles sont réalisées sous scanner ou sous contrôle "visuel". Elles sont faîtes de façon unie ou bi-latérale dans la ou les zones de conflits (pince ligamentaire et canal d'alcock). Les produits administrés sont des corticoïdes à effet retardataire.
Cet acte peut être reproduit 3 à 4 fois maximum avec un intervalle d'environ un mois. Les effets, s'ils ont lieu, se manifesteront entre la 2ème et 4ème semaines. Le taux de réussite est de 70%, ce chiffre comprend les améliorations même transitoires et/ou durables. En réalité, la disparition totale et définitive des symptômes n'intervient que dans 15 à 20% des cas. Cet acte médical se déroule de la façon suivante :
-Sous scanner : (ex : Pince ligamentaire) Le patient est allongé sur le ventre et sera placé sous l'appareil radiologique pendant toute la durée de la séance. Le praticien lui fera une injection de lidocaïne (produit anesthésiant) au niveau de la région glutéale. Ensuite une fois anesthésié, on lui introduira une aiguille toujours par voie trans-glutéale qui sera placée en dedans de l'épine sciatique. Là, seront injectés un anesthésique local et un anti-inflammatoire de type corticoïde.
Cette infiltration ne comporte pas véritablement de risque, surtout si elle est effectuée par un médecin expérimenté. Le seul désagrément peut être une allergie au produit (rare) ou une petite paralysie temporaire du sphincter urinaire et/ou des membres inférieurs. Une augmentation des symptômes pendant quelques jours voire semaines (2 maximum) peut être observée mais sans gravité. Il est cependant recommandé de ne pas conduire dans les heures qui suivent cette intervention.
-Sous contrôle « du toucher » : les produits injectés sont les mêmes mais la technique est encore plus simple. Le patient est allongé sur le dos et par touché anal ou vaginal, le médecin va localiser la zone qu'il souhaite infiltrer. En parallèle, il introduira une aiguille sous le périnée (Transpérinéale), du coté douloureux et injectera les produits cités ci-dessus. Les recommandations seront les mêmes.

fleche-droite

Reproduction interdite sous peine de poursuite judiciaire
Article L.111-1 du code de la propriété intellectuelle
Copyright : Droits d'auteur déposés

Wilwebm@ster : Logiciels gratuits - Ecran de veille gratuit - Annuaire peinture - logiciel dessin gratuit - Logiciel dessin caricature - fond ecran automne gratuit - Névralgie - forum névralgie - syndrome fibromyalgie - Douleurs pelviennes - Pudendal neuralgia - Pudendal nerve - Electromyographie - Centre anti-douleur - Mésothérapie - Chiropracteur - Sophrologue - Fasciathérapie - Etiopathie - Prostatite - Maladie de Lyme - Scarlatine - Panaris - Orgelet - Tracheite - Hyperthyroidie - Acupuncteur - Hypnotherapeute - Angiome - Réfléxologie plantaire

Contacter le webmaster - Mentions légales - Régles de confidentialité